WE DO GOOD propose des avances pour soutenir nos commerces de proximité

Thématique : actualité du crowdfunding

Pour apporter une réponse à la crise actuelle, WE DO GOOD vient de lancer une nouvelle initiative pour permettre aux citoyens de soutenir de manière directe et concrète les commerces qui lui tiennent à coeur. Cela se passe via l'application et le site : www.commercemonamour.fr

Comment ? Chacun.e peut tout simplement ajouter les commerces qu'il/elle souhaite soutenir et leur promettre une avance financière. Cette avance sera remboursée sur le chiffre d'affaires du commerce soutenu, une fois l'activité reprise (c'est ce qu'on appelle le financement par royalties).

 

Et plus précisément ? 

Il s'agit d'une avance sur le chiffre d'affaires : en échange de l'argent qu'elle reçoit, l'entreprise versera un pourcentage de son chiffre d'affaires pendant une durée déterminée. Autrement dit, à chaque fois que vous allez payer quelque chose chez un commerce, une partie de votre paiement vous reviendra en royalties ! Pour vous, c'est un intéressement direct à l'activité du commerce, pour le commerce c'est plus de sérénité car il paye en fonction de ce qu'il gagne.

 

Ainsi, à la fin du confinement et à la réouverture des commerces, il suffit de reprendre ses habitudes et de se rendre chez les commerçants pour consommer chez eux, les aider à reprendre l'activité et être intéressé.e.s à chaque dépense ! 

 

"Nous sommes ravis de pouvoir proposer à chacun.e de contribuer de manière originale et durable à cet élan national de solidarité. Quelques jours après le lancement sur les réseaux sociaux, nous avons déjà plus d’une centaine soutiens. C'est très encourageant et nous allons continuer à travailler pour que le plus de personnes possible puissent déclarer leur flamme à leurs commerçant.e.s !", déclare Jean-David Bar, co-fondateur de WE DO GOOD.

Des lettres d’amour à nos commerces

Lors du lancement, “Commerce mon amour” a invité les internautes à publier des lettres d’amour aux commerces qui leur tiennent à coeur sur les réseaux sociaux. Des témoignages qui génèrent une belle vague de solidarité et qui sont partagés via les comptes Facebook et Instagram de l’initiative.