1/3 Votre situation 
2/3 Votre projet 
3/3 Choix des partenaires 

Porteur de projet : comment collecter des fonds en fonction de son profil ?

Thématique : actualité du crowdfuding

Il y a plusieurs manières de collecter des fonds via le financement participatif. Il est en effet possible de passer par une plateforme de don contre don, de don tout court,  d’investissement en capital, ou de prêt, avec ou sans intérêt. Mais comment s'y retrouver parmi toutes ces options ?

Selon le profil du porteur de projet, certains modes sont plus adaptés que d'autres, voilà comment choisir.

1) Que choisir quand on est un particulier ?

Deux solutions sont possibles :

  • Le don contre don : pour un particulier désireux de lancer un projet entrepreneurial ou créatif, une plateforme de don contre don peut être une bonne solution. En effet, c'est la manière la plus simple de lancer son projet. La méthode est accessible à tous, elle ne nécessite pas de compétence particulière. La popularité de ce mode de financement permet de mobiliser une large communauté de contributeurs. D'un autre côté, la somme moyenne collectée n'est que de 3 477 € par campagne selon le baromètre de l'année 2014 de l'association Financement Participatif France. Les projets financés grâce à des campagnes de don contre don sont donc des projets plus modestes que les autres modes de financement.
  • Le don : si le particulier désire financer un projet solidaire et/ou social porté par une association, le don sans contrepartie paraît être la meilleure option. En effet, une forte dimension affective pèse dans la décision du contributeur de financer ce type de projet. Il ne sera donc pas forcément intéressé par un retour, et le fait de ne pas avoir à gérer de contrepartie est un avantage à ne pas négliger.

2) Que choisir quand on est une entreprise ?

Trois solutions sont possibles :

  • L’investissement en capital : dans le cas d'une jeune entreprise qui cherche à lever des fonds pour s'assurer un démarrage solide, c'est par une plateforme de financement participatif en capital qu'il faudra qu'elle se finance. En effet, ce genre d'entreprise a fort potentiel de croissance, l'investissement a donc également un fort potentiel de rentabilité susceptible d'attirer des investisseurs. De plus, une entreprise aussi jeune ne pourra pas se financer sur une plateforme de prêt participatif en raison de sa faible maturité.

Le prêt : dans le cas d'une entreprise plus mature qui cherche à développer son activité, elle pourra s’adresser à une plateforme de prêt participatif. En effet, sa maturité et son carnet de clients fourni pourra lui permettre de présenter un plan de remboursement crédible. De plus, les taux d'intérêt proposés sur ce genre de plateforme sont compris entre 5 et 10 %, un placement intéressant qui peut attirer les prêteurs.

  • Le don contre don : les entreprises ont également la possibilité de se tourner vers ce mode de financement. Il est préférable pour ces entreprises d’être dans un marché BtoC (tourné vers les particuliers). Les bénéfices sont multiples : pour les produits le fait de pouvoir vendre ses confections avant même d’avoir produit est un avantage pour la trésorerie, pour les services le constat est le même. Certaines entreprises utilisent même le don contre don pour tester et évaluer l’attrait d’un marché potentiel. Enfin ce mode de financement prend également tout son sens dans l’effet de communication que la campagne apportera au projet.

3) Que choisir quand on est une association ou une collectivité ?

Ce cas-ci est en partie similaire au particulier voulant financer un projet solidaire et/ou social. En effet, une plateforme de don sans contrepartie peut-être une solution adaptée. Mais les plateformes de prêt sans intérêt également. En effet, une association ou une collectivité, contrairement à un particulier, disposent d'un plan de financement, et donc logiquement d'un plan de remboursement.

En conclusion, il existe un type de financement participatif pour chaque porteur de projet, quel que soit son statut et quelle que soit son idée.