Le crowdfunding dépasse le milliard en 2020

Thématique : actualité du crowdfunding
Source: Financement Participatif France

Pour la 2ème année consécutive, Mazars et l’association Financement Participatif France (FPF) publient le baromètre de référence du financement alternatif en France. Ce baromètre se fait l’écho de la vitalité et de la diversité des modes d’intervention du financement participatif.   [Télécharger le baromètre du crowdfunding en France 2020] [Télécharger le communiqué de presse FPF / […

Pour la 2ème année consécutive, Mazars et l’association Financement Participatif France (FPF) publient le baromètre de référence du financement alternatif en France. Ce baromètre se fait l’écho de la vitalité et de la diversité des modes d’intervention du financement participatif.

 

[Télécharger le baromètre du crowdfunding en France 2020]
[Télécharger le communiqué de presse FPF / Mazars]

 

La collecte dépasse le milliard en 2020

En 2020, 1,02 milliard d’euros a été collecté sur les plateformes de financement participatif, soit une croissance de 62% par rapport à l’année 2019.

Les plateformes de crowdfunding ont su se mobiliser pendant la crise pour répondre aux besoins des acteurs économiques, avec 115 616 projets et entreprises financés :

Cette croissance s’explique pour différentes raisons, notamment :

  • la multiplication des campagnes de don sans récompense à destination des associations de solidarité ou personnes en difficultés en raison de la COVID-19 ;
  • le succès toujours grandissant du secteur de l’immobilier auprès des investisseurs : un secteur qui se porte très bien, malgré des retards de chantier, avec une collecte de 561,17 millions d’euros ;
  • l’appui aux entreprises en difficultés avec notamment la possibilité pour les intermédiaires en financement participatif (IFP) de distribuer des prêts garantis par l’État à hauteur de 90% ;
  • l’apport de fonds propres via les plateformes d’investissement en capital aux développeurs d’énergie renouvelables et aux entreprises très endettées suite à la crise.

Les premières plateformes de financement participatif ont émergé en 2008, et depuis, les acteurs se sont multipliés, offrant une variété d’outils de financement à une large diversité de porteurs de projet : don avec ou sans récompense, prêt rémunéré ou non, émission d’obligations, minibon, investissement en capital ou en royalties.

En 2020, le marché se stabilise, avec – pour la 1ère année depuis 2026 – une baisse du nombre de nouveaux entrants sur le marché. Au 31 décembre 2020, l’Orias – le registre des intermédiaires en assurance, banque et finance – dénombrait 166 intermédiaires en financement participatif (IFP : plateformes de don et prêt), et 62 conseillers en investissements participatifs (CIP : plateformes d’investissement en capital, obligations, et minibons).

 

Le financement participatif en don

Si le secteur du don stagnait autour de 80 millions d’euros ces deux dernières années, il a connu un pic en 2020, avec une collecte de 218,5 millions d’euros, dont 52 millions à destination de projets humanitaires et solidaires. En effet, le contexte de crise sanitaire dans lequel nous nous trouvons à montrer, dés le 1er confinement, des élans de générosité et de mobilisation des citoyens via les plateformes de crowdfunding sans précédents, avec des dons de 249€ en moyenne pour la catégorie don sans récompense (versus 93€ en 2019).

À ce titre, Mazars et FPF ont souhaité sélectionner trois belles histoires spéciales « solidarité COVID 19 » pour illustrer cet élan positif :

  1. La campagne « Sauvons les Liens de 1ère nécessité » en faveur des associations et clubs français qui a permis de collecter 18 millions d’euros sur Helloasso pendant le 2ème confinement.
  2. La campagne « Corsica Sulidaria », crée par la collectivité de Corse, qui a permis de rassembler 111 035 € auprès de 822 contributeurs pour le financement de matériel médical.
  3. La campagne de précommandes sur KissKissBankBank, organisée par les chef.fe.s et fondateur.ice.s de restaurants engagés de la communauté Écotable pour cuisiner et livrer plus de douze mille repas offerts aux soignant.e.s.

Au-delà de la solidarité, le crowdfunding en don permet également à des projets économiques (pour 65,8 millions d’euros) ou à des projets culturels (pour 72 millions d’euros) de voir le jour ou de se développer. Le financement participatif en don est la typologie de financement qui illustre le mieux la variété des projets financés par le secteur.

A noter que les volumes significatifs en don sans récompense s’expliquent également par l’intégration, dans le baromètre 2020, des cagnottes publiques qui en 2019 étaient comptabilisées dans la catégorie « Cagnottes en ligne ».

 

Le financement participatif en prêt

Ce sont plus de 741 millions d’euros qui ont été collectés en 2020 sur les plateformes, contre 508 millions d’euros en 2019.

L’emprunt obligataire continue de tirer le secteur du prêt puisqu’il concerne 90,5% des volumes collectés, avec des montant moyens de collecte de 403 466€. Il s’agit pour l’essentiel de financement de promoteurs immobiliers. En effet, le secteur de l’immobilier représente 555 millions d’euros, soit 75% de la collecte en prêt. Le 2ème secteur reste celui de l’environnement et des énergies renouvelables avec 96 millions d’euros collectés ; suivi par les commerces et services (44M€).

À noter qu’aux 56 millions d’euros collectés en prêt rémunéré s’ajoutent 111 millions d’euros qui viennent abonder les collectes sur certaines plateformes via des fonds de prêts.

Un nouveau type de prêt fait son entrée dans le baromètre 2020 : les prêts garantis par l’État. Trois plateformes IFP ont octroyé pour 4,8 millions d’euros de PGE à 94 entreprises en difficultés à cause de la crise, montant complété par 7,3 millions d’euros via les fonds de prêt.

En 2020, le taux de défaut (prêts en retard de plus de 6 mois) sur les plateformes de prêt est de 3,25%, et le taux de perte définitive est de 2,33%. Le taux de rendement interne lui varie entre 5,66% pour les minibons, à 7,14% pour les obligations.

 

Le financement participatif en investissement

Avec 59,2 millions d’euros collecté en capital ou en royalties, l’investissement connait une croissance de près de 43% par rapport à l’année 2019.

A noter que l’investissement via les plateformes de crowdfunding se font souvent en co-investissement avec des acteurs institutionnels. Ainsi, ce sont 107,6 millions d’euros qui ont été co-investis dans les startups et entreprises.

La contribution moyenne des investisseurs passe de 4 555€ en 2019 à 3 419€ en 2020, pour un montant moyen de collecte de 109 419€ en capital. Pour le financement en royalties, la contribution moyenne est passée de 867€ en 2019, à 1 823€ en 2020, avec une collecte moyenne de 58 333€.

C’est le secteur de l’environnement et des énergies renouvelables qui arrive en premier, avec 17,7 millions d’euros collecté, suivi des secteurs des commerces et services, et de la santé et recherche scientifique pour 10,3 millions d’euros chacun.

 

Des financeurs multirécidivistes

Qui sont les financeurs sur les plateformes de crowdfunding ? De jeunes hippies un peu geek ? Pas vraiment ! Les financeurs, qu’il s’agisse de don, de prêt ou d’investissement, ont en moyenne entre 40 et 46 ans et sont pour près de 80% des hommes.

En revanche, une donnée notable est qu’ils sont « serial financeurs » ! En effet, sur une plateforme de don, un donateur contribue en moyenne à deux projets[1]. Sur une plateforme de prêt, ce sont trois entreprises qui sont financées (9 pour de prêt non rémunéré). Et sur une plateforme en capital ou en royalties, un investisseur finance deux projets en moyenne. Sachant que les données collectées auprès des plateformes ne nous permettent pas de croiser le nombre de financeurs inscrits sur plusieurs plateformes. Ainsi, un financeur peut financer en moyenne deux projets par plateforme sur une dizaine de plateformes différentes. Les financeurs ont compris l’intérêt de diversifier leur portefeuille et de prêter de petits montants, à plusieurs projets.

 

Les Coups de cœur 2020

Comme l’année dernière, FPF et Mazars ont sélectionné 3 coups de cœur parmi les nombreuses belles histoires rapportées par les plateformes ayant répondu au questionnaire.

  1. Le projet d’urbanisme Wood Up, dans le 20ème arrondissement de Paris, qui a levé 2,12M€ sur la plateforme Homunity ; et dont l’objectif est d’allier une construction haut-de-gamme et durable, en s’appuyant sur l’utilisation du bois dans la construction d’immeubles. [Voir ici.]
  1. Le projet Innovent qui, sur Lendosphere, a atteint les 8M€ pour financer trois projets d'énergie renouvelable, éolien et solaire, à l'international. [Voir ici.]
  1. En 2020, la plateforme October s’est inscrite dans le dispositif d’octroi des Prêts Garantis par l’État. L’atelier de confection LLC, sous-traitant de grandes maisons de couture, a été l’un des premiers à obtenir un sur la plateforme. [Voir ici]

 

[Télécharger le baromètre du crowdfunding en France 2020]

[Télécharger le communiqué de presse FPF / Mazars]

 

[1] Nombre de souscriptions / Nombre de financeurs