1/3 Votre situation 
2/3 Votre projet 
3/3 Choix des partenaires 

Le financement participatif en obligations

Thématique : actualité du crowdfunding

La finance n'a de cesse de diversifier les produits qu'elle propose aux investisseurs, pour s'adapter au mieux à leurs besoins, mais également pour limiter les risques qu'ils prennent. Le financement participatif prend le même chemin, après la diversification des types de financement participatif et de plateformes, c'est maintenant le panel de produits financiers proposés par ces plateformes qui s'étend. Focalisons nous sur l’émission d’obligation dont certains acteurs du marché comme Lumo et SmartAngels.

1) Une obligation, qu'est-ce que c'est ?

L'obligation s'apparente à un prêt pour lequel le taux d'intérêt est décidé au moment de l'achat de celui que l'on appelle l'obligataire. L'emprunt est ensuite remboursé sur une période allant de quelques mois jusqu'à plusieurs dizaines d'années et rémunéré grâce à l'intérêt perçu tous les ans. À la différence d'un prêt, une obligation est un titre financier, négociable donc sur les marchés financiers. Mais par rapport à une action, l'obligation ne donne pas accès à des parts du capital de l'entreprise émettrice, et donc l'obligataire, contrairement à l'actionnaire, n'a aucun pouvoir de décision sur la stratégie de celle-ci.

2) Comment fonctionne le financement participatif en obligations ?

Après validation du projet par la plateforme, l'entreprise qui recherche des fonds lance une campagne de financement participatif en obligations en ligne. Les investisseurs souscrivent une somme d'argent de leur choix à cette campagne. Une fois l'objectif atteint, l'entreprise lance une émission d'obligations, et les investisseurs deviennent obligataires. Ils recevront donc un intérêt en plus du remboursement de leur capital.

Contrairement à une émission d'obligations sur un marché financier traditionnel, les titres ne sont ici pas revendables. Ils seront donc conservés par l'obligataire jusqu'au remboursement complet du prêt.

Etant donné que les obligations sont des titres financiers, la plateforme pratiquant ce genre de levée de fonds n'aura pas besoin d'un agrément IFP comme les plateformes de prêt participatif mais d'un agrément CIP comme les plateformes de financement participatif en capital.

3) Avantages et inconvénients du financement participatif en obligations

Le principal avantage du financement participatif en obligation est la sureté de l’investisseur. En effet, le taux d'intérêt auquel sera rémunéré l'investissement est décidé au moment de l'achat de l'obligation. Sauf en cas de défaut de paiement de la part de l'emprunteur, l'obligataire est donc sûr de toucher cet intérêt. En effet, un investisseur qui décide d'acheter des parts d'une entreprise sur une plateforme de financement participatif en capital ne sera pas sûr de sa rémunération. Ce problème ne se pose pas avec les obligations car le taux d'intérêt est décidé à l'avance.

En revanche, le financement participatif en capital permet de bénéficier d'avantages fiscaux et donne à l'actionnaire un pouvoir de décision sur la stratégie de l'entreprise, ce qui n'est pas le cas du financement participatif en obligations.

Pour conclure, le financement participatif en obligations est un intermédiaire entre le prêt participatif et le financement participatif en capital. En effet, il possède les caractéristiques du premier en ce qui concerne la rémunération de l'investisseur et celles du second pour la partie réglementaire. Il permet, en quelques sortes aux plateforme CIP de proposer du prêt à ses investisseurs, et donc de diversifier leur offre.