1/3 Votre situation 
2/3 Votre projet 
3/3 Choix des partenaires 

Porteur de projet : comment gérer vos contreparties pour le don contre don ?

Thématique : actualité du crowdfunding

Le principe même d'une campagne de financement participatif en don contre don, est qu’en retour, le porteur de projet remercie le contributeur grâce à une contrepartie, de plus ou moins grande valeur selon le montant donné. C'est un moyen d'inciter la communauté du porteur à donner mais aussi de l'impliquer dans son projet, car l'un des fondements du financement participatif est que le contributeur fait partie intégrante du projet.

Cependant, le fait de lancer une campagne de financement participatif sur une plateforme de don contre don peut s'inscrire dans deux stratégies bien distinctes, qui nécessite chacune une gestion différente des contreparties.

1- Les campagnes de pré-vente du produit

Pourquoi choisir cette stratégie ?

Ce cas intervient lorsque le porteur de projet désire lancer la production de son produit. Dans ce cas, c'est donc le produit en lui même qui sera proposé dans les contreparties. Cela lui permet de baisser ses coûts de production grâce au grand nombre de commandes enregistrées sur la campagne ou de lancer la production chez un industriel qui désire s'assurer un nombre minimum de pièces à produire. Cette méthode est également financièrement intéressante car le porteur de projet règlera la production une fois la campagne terminée, il n’aura donc aucun frais à avancer.

Qu'est ce que cela implique pour les contreparties ?

Les produits vendus sur les campagnes de financement participatif doivent être proposés à un prix inférieur au prix public de commercialisation pour les rendre attractifs. Cependant, il est possible de mettre en place des tranches croissantes de prix. Par exemple, cinquante exemplaires du produit seront vendus cent euros, les cents exemplaires suivants seront vendus cent-vingt euros etc. Cela fait naître chez le contributeur un sentiment d'urgence, qui le poussera à acheter le produit le plus vite possible.

Pour aller plus loin.

Il est également possible de proposer des éditions spéciales du produit, exclusives à la campagne. Cela poussera les contributeurs à passer par cette campagne plutôt qu'à attendre la sortie publique du produit. En effet, la production n'étant pas encore disponible, personne ne s'est forgé son avis dessus, ce qui peut rendre certaines personnes réticentes à l'acheter en pré-commande.

2- Les campagnes de développement du produit

Pourquoi choisir cette stratégie ?

C'est le cas le plus courant, il intervient dans tous les cas, autres que celui de la pré-vente (objectif de développement commercial, développement de communication, objectif social...).

Qu'est ce que cela implique pour les contreparties ?

Cette fois-ci, le produit ou le service concerné par la campagne de financement participatif ne sera pas la seule contrepartie, le porteur de projet devra faire preuve de plus de créativité pour trouver des tranches de financement attirantes. Concernant le prix des contreparties, il convient de faire des tranches cohérentes, qui se suivent.  Un écart de prix trop important n’est pas recommandé.

Que choisir ?

Un simple remerciement personnalisé sur les réseaux sociaux suffira pour les deux premières tranches. Les tranches les plus hautes devront proposer une rencontre entre le contributeur et le porteur de projet et, éventuellement, un partenariat entre ces deux acteurs.

C'est donc les tranches intermédiaires qui demandent le plus de réflexion. Si le produit ou le service qui fait l'objet de la campagne est bien sûr proposé, il convient d'être original pour les autres contreparties (T-Shirt, accessoires...). Si les idées viennent à manquer, un bon moyen d'en trouver est de s'inspirer des autres campagnes déjà existantes. Il est important de garder à l'esprit que le rôle des contreparties lors d'une campagne de financement participatif est crucial. La satisfaction de recevoir un remerciement, l'aspect gratifiant d'être inclus dans un projet et l'objet en lui-même seront déterminant quant au montant que le contributeur acceptera de donner.